Pétition de soutien à Kevin pour témoigner de sa non-violence
Kevin  passe au tribunal le 13 septembre prochain pour un soit-disant coup de pied sur agent public, et risque jusqu'à 5 ans de prison.

Pour signer la pétition cliquer ici

Le samedi 12 mai 2012, au soir de la journée mondiale globalisant les luttes, un camp d'Indignés s'installe  sur l'Esplanade Charles de Gaulle à Montpellier. Le dimanche 13 mai 2012, l'existence d'une cabane est constatée par la police municipale sur ordre de la Mairie alors que, légalement, c'est à un huissier de justice de venir constater l'occupation illégale puis au juge de décider d'une éventuelle expulsion. Ceci est inscrit dans le  référé du 31 mai 2011. L' accès de la cabane est bloqué, la police  municipale ne laisse aucun individu grimper dans l'arbre et n'accorde pas de ravitaillement en nourriture, en eau afin de faire descendre les  individus alors nichés au creux des branches. Kevin arrive à l'Esplanade salue les deux policiers municipaux et d'autres personnes puis se dirige vers l'arbre pour grimper. Les  policiers tentent alors de l'en empêcher alors que Kévin est déjà à plus de deux mètres de haut et peut penser qu'il est dans son droit pour les raisons mentionnées plus haut. Les policiers municipaux demandent à Kévin de descendre, mais à aucun moment les policiers municipaux ne lui ont expliqué  pourquoi il n'avait pas le droit de monter dans l'arbre.

Il y a bien des coups, ceux administrés par la police municipale  à l'aide d'une tonfa  et prouvés par un certificat médical et, selon la plainte, ceux administrés par Kevin aux policiers municipaux. Un attroupement de centaines de personnes se forme en réaction aux cris de Kevin. Il est demandé aux policiers de cesser leur action. Les policiers municipaux appellent du renfort, des policiers nationaux arrivent. Kevin parvient à rejoindre la plateforme. Les policiers municipaux et nationaux s'en vont sur ordre des policiers nationaux.

Cinq semaines plus tard, des policiers remettent à Kevin une  assignation en justice pour coups sur représentants de la force publique.